Qui sème le vent…

Contexte d’une rébellion

Certains ne le savent peut-être pas, mais cette expression très populaire « Qui sème le vent, récolte la tempête » est d’origine biblique.

Dans le contexte, il s’agissait de la sentence qui devait retomber sur le peuple d’Israël, après que celui-ci se soit adonné à l’idolâtrie, en trahissant son alliance avec Dieu.

En effet, parmi les termes de cette alliance figure en première place la clause « Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face » (Exode 20 :3).

Mais Israël a désobéi. Malgré cela, il pensait pouvoir s’en tirer à bon compte et éviter le courroux de Dieu lorsque ce dernier lui rappela le principe de la responsabilité.

« Embouche la trompette ! L’ennemi fond comme un aigle sur la maison de l’Eternel, Parce qu’ils ont violé mon alliance, Et transgressé ma loi. Ils crieront vers moi : Mon Dieu, nous te connaissons, nous Israël ! Israël a rejeté le bien ; L’ennemi le poursuivra »

Osée 8 :1-3

Et le prophète de renchérir : « Puisqu’ils ont semé du vent, ils moissonneront la tempête »

Osée 8 :7.
https://saintebible.com/hosea/8-7.htm

Un principe de causalité

Effectivement, ce principe des semailles et de la moisson, la bible le rappelle de plusieurs manières, entres autres:

« Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi ».

Galates 6 :7

C’est le principe de la causalité et de la responsabilité de nos actes. On peut retenir deux idées principales (parmi tant d’autres), de ce verset.

  • La récolte est toujours de la même nature que la semence

Si j’ai semé une injure, je ne récolterai pas des éloges

  • Tout comme une graine mute, on récolte un fruit et non plus une graine

Si j’ai semé une injure, je récolterai le fruit, la bagarre.

Des conséquences amplifiées !

« Qui sème le vent… » J’ai appris ce principe bien amèrement dans la vie que, malgré le pardon, certaines conséquences demeurent.  Dieu ne se laisse pas amadouer par des jérémiades mais par un cœur contrit et sincère (Psaumes 51 :17) ; même si c’est tellement tentant !

Lorsque l’on se repent, on aimerait par le pouvoir de la prière retenir la main de Dieu et empêcher les conséquences de nos propres actes de s’abattre sur nous.

Cela n’est pas impossible. La main de Dieu s’arrêta lorsqu’il punissait justement David (1 Samuel 24 :14-25), car ses compassions sont immenses.

Jésus-Christ lui-même intercède pour nous à ce jour, sans cesse, pour retenir le bras du jugement (Romains 8 :34). Il empêche le jugement de s’abattre sur notre âme.

En effet, Dieu pardonne dans l’esprit mais les cicatrices peuvent rester sur la chair. Il efface la responsabilité mais pas toujours le préjudice.

Petite, j’avais un jour dans un excès de colère planté un stylo dans le dos de mon frère aîné. Dans son grand amour pour moi, il n’avait pas riposté mais m’avait pardonné. Je regrettais mon geste, il m’avait pardonné, mais il gardait sur son dos la cicatrice de mon geste.

A lire aussi sur le Blog

https://plumepelerine.fr/aide-toi-le-ciel-taidera-chartier-embourbe-bible/

Mon petit frère dit : « il vaut mieux éviter de tomber malade que de guérir 

Faisons attention à nos actes en amont, car une chose qui peut sembler si petite, anodine, peut engendrer des réactions en chaîne et parfois des choses irréparables.

Ce peut être physique ou spirituel, des blessures corporelles ou émotionnelles. Dieu pardonne mais ne remonte pas le temps pour autant.

Cela dit, le même principe fonctionne dans le sens positif aussi. Je sème du bien, je récolterai beaucoup de bien, que ce soit dans ce siècle ou l’autre, dans cette génération ou l’autre !

C’est pourquoi il ne faut se lasser de faire du bien quand même nous ne voyons pas les retombées immédiatement.

Soyez bénis Pèlerins!

© 2020, Loraine. All rights reserved.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2020 Loraine ONDON

5 Replies to “« QUI SEME LE VENT, RECOLTE LA TEMPETE »”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page.